La discipline est là pour rester. L’augmentation des utilisateurs et la croissance du nombre de réseaux au Québec nous le démontrent bien, la demande est là. Pas besoin d’être un mordu de vélo de montagne pour apprécier. Il suffit d’aimer jouer dehors, vouloir varier ses activités de pleins airs selon les conditions et l’achalandage ou désirer se garder les cuisses en forme pour l’été à venir.

Si vous êtes de ceux qui aiment rouler sur la neige, voici quelques questions à vous poser avant d’acheter un fatbike.

En moyenne combien de fois par hiver vous pratiquez le fatbike?

Malgré l’augmentation de la demande, l’offre peut être dispendieuse ; surtout quand on a déjà un vélo de montagne, un vélo de route, des skis de fond, des skis alpins, etc. Un fatbike d’entrée de gamme coute environ 1 000$ dans une boutique spécialisée. Vous en trouverez des moins chers, mais n’oubliez pas que les bonnes marques ont pensé la géométrie et les composantes différemment pour vous assurer une bonne expérience.

Habitez-vous à proximité d’un réseau ?

Le fatbike, c’est un gros vélo. Les pneus d’un minimum de 3,5’’ de largeur prennent beaucoup de place et n’entrent pas sur un support à voiture régulier. Certaines marques ont pensé à des accessoires (panier et housse) pour que votre gros vélo puisse y entrer et être bien protégé du sel de la route, mais il faut le planifier à votre budget.

Avez-vous un endroit pour nettoyer et entreposer votre fatbike?

Comme tout vélo, il nécessite un nettoyage, un entretien régulier et une place pour faire dodo au chaud. Plus vous roulerez sur la route, dans le sel et la sloche, plus votre vélo aura besoin d’amour.

En attendant, la location est toujours une option sympathique. À Mont-Tremblant, on vous offre bike in / bike out, on entretien le vélo, on le lave, on l’entrepose et certaines boutiques vous créditerons même votre location si vous décidez d’en acheter un… Que demander de mieux ?

Ceci dit, si vous avez des doutes, visitez une boutique. Ils sauront vous éclairer !

 

Paru dans le Tremblant Express, décembre 2017.