L’automne est la saison idéale pour profiter des journées à l’extérieur!

  1. Nul raison de mettre du chasse-moustique, le temps des bibittes est révolu!
  2. Fini les journées de canicules! Durant l’automne, la température est plus fraîche, donc idéale pour bouger à l’extérieur. Les arbres vous protégeront du vent dans les sentiers, et les longues montées paraîtront moins difficiles.
  3. La beauté des paysages est à couper le souffle! Le mélange de couleurs des feuilles et les points de vue qu’offre le mont Tremblant vous permettront de prendre les meilleures photos.
  4. Il y a moins d’achalandage dans les sentiers, puisque les vacances sont maintenant terminées. Vous aurez le réseau pour vous (ou peut-être pas après cet article!).
  5. Les sentiers sont souvent moins mous et boueux. Comme les nuits sont froides, le sol devient dur. C’est donc un temps parfait pour s’initier au vélo de montagne!
  6. Le plaisir de rouler à la frontale. Comme le soleil se couche plus tôt, les sorties après le boulot se finissent généralement à la noirceur, ce qui vous donnera de nouveaux défis. Prévoyiez une lampe frontale adaptée au vélo de montagne.

Maintenant, il ne vous reste plus qu’à planifier votre prochaine sortie à Mont-Tremblant!

Étant donné qu’il n’est pas très agréable de se retrouver dans un sentier qui ne répond pas à nos attentes, différents facteurs sont à considérer pour s’assurer une expérience à la hauteur de ses attentes.

Évidemment, s’assurer d’avoir de l’eau, une carte, un vélo en bon état et, si on sait s’en servir, une chambre à air, une pompe et des cuillères, ça va de soi. Choisir les sentiers à parcourir en fonction du temps que vous avez et de votre niveau est généralement de mise.

Ce qu’on oublie souvent ou qu’on ne fait pas quand on connait peu le réseau qu’on visite, c’est planifier en considérant la météo des semaines passées et de la journée. De plus en plus de gens sont conscients qu’il est préférable de ne pas rouler lorsque les sentiers sont humides pour les conserver en bon état. Cependant, certains sentiers nous permettent de rouler plus rapidement suivant une pluie sans craindre de nuire aux conditions.

Ceci étant dit, voici nos quelques conseils pour bien profiter de notre réseau:

  • Certains travaux peuvent engendrer des fermetures de sentiers, consultez les conditions avant votre arrivée.
  • Lors de journées chaudes et ensoleillées, favorisez les sentiers ombragés en bordure de la rivière, comme La Lynx ou La Diable. Une petite pause pour se tremper les pieds dans l’eau aide toujours à se rafraichir. Évitez aussi les endroits exposés au soleil, tel que la Critérium et la Jim Minty.
  • Suivant une pluie, choisissez des sentiers comme Deer Mountain, Jazz, La Diable, l’Écureuil et la Chouette qui se drainent très bien. Vous réduirez ainsi votre impact. Évitez la Gorge, la Geai Bleu et la Sciotte où certaines sections sont plus à risque.
  • Finalement, malgré tout, on rencontre à l’occasion de la boue. Contrairement à ce que plusieurs croient, il est souvent préférable de rouler dedans au lieu de la contourner. Passer à côté cause de l’érosion et élargit inutilement les sentiers.

Écrivez-nous en cas de doute ou pour plus de précisions sur l’état des sentiers. C’est toujours un plaisir d’aider à bien planifier!

Article également paru dans le Tremblant Express.

Ce n’est pas toujours évident de trouver l’énergie pour chouchouter son vélo après une promenade. Le nettoyer après chaque sortie ne sera pas trop ardu et vous échapperez à de long lavage à n’en plus finir. En plus, vous éviterez la dégradation prématurée de vos composantes.

On prend généralement soin de sa monture lors de conditions boueuses. Il est cependant tout aussi important de le laver lors de temps sec. La boue et la poussière sont des abrasifs et abiment les pièces.

Le plus important est d’au moins s’occuper de ce qui a trait à la transmission (chaine, plateau et cassette). Gardez ça simple!

Rincez avec de l’eau. Si vous utilisez un boyau, évitez de mettre le jet directement sur les roulements (pédalier, moyeu et suspensions). Si vous utilisez une chaudière, prendre de l’eau chaude aidera à décoller les saletés.

Nettoyez, si nécessaire et si le temps le permet, le cadre et les composantes avec une guenille spongieuse et une eau savonneuse (du savon à vaisselle fera l’affaire).

Utilisez du dégraisseur sur la chaine pour que tout décolle. Faites la rouler pour que le produit se répande bien. Prenez une brosse à poils de nylon rigide pour enlever les saletés coriaces.

Asséchez votre chaine avec une guenille ou attendez que le temps fasse son travail.

Huilez pour éviter la rouille. Utilisez un lubrifiant « wet ». Vous êtes certain de ne pas vous tromper.

Enlevez l’excédent avec une guenille propre.

Ajoutez à votre routine le huilage de vos ressorts de pédales à clip pour prévenir l’usure et s’assurer que votre soulier se retire toujours bien. Vous trouverez un lubrifiant en aérosol en boutique.

Pour accélérer le nettoyage de la transmission, il existe des produits qui dégraissent et lubrifient d’un coup. Vous devez simplement l’appliquer et laisser agir.

Si vous roulez beaucoup, il est préférable de faire un entretien en boutique en début et mi saison pour prévenir les bobos. Si vous roulez peu, à moins de problèmes spécifiques, vous n’aurez pas besoin d’apporter votre vélo à la boutique pour une mise au point. En faire une avant l’entreposage hivernal est recommandé. Ça aidera à bien hydrater et garder votre vélo en bonnes conditions.

par Valérie Goyette

Pour la majorité des sports d’hiver, consulter les conditions d’entretien des pistes permet d’assurer une expérience réussie. Les sentiers de fatbike, qui doivent être damés, ne font pas exception. Voici quelques informations pertinentes pour planifier vos sorties.

 LE DAMAGE, COMMENT ÇA FONCTIONNE?

Il y a deux types de sentiers : à voie unique, plus connue sous le nom de « single track » et bidirectionnel (à double voies). Ces derniers incluent entre autres Le P’tit Train du Nord et la multifonctionnelle. Ils sont entretenus par une dameuse.

Les sentiers à voie unique sont d’abord damés en raquette et élargis à la pelle. Il faut environ 25 cm de neige pour couvrir la glace apparue à l’automne, les racines et les roches. Dès qu’il y a suffisamment de neige, on sort la motoneige. Si tout est parfait, il faut compter environ 2 h pour faire le tour du réseau. Si le vent a soufflé, il arrive qu’il faille sortir la pelle pour permettre à la motoneige de passer.

AVEC QUI PARTAGE-T-ON LES SENTIERS?

Les sentiers bidirectionnels sont partagés avec les skieurs de fond. D’un côté, on retrouve les traces pour la pratique classique et de l’autre, un beau cordduroy pour le patin. C’est ce dernier qu’il faut emprunter. Vous aurez à croiser les traces classiques, c’est inévitable. Alors, essayez de le faire de façon perpendiculaire (à 90°) pour éviter de trop les abimer. N’oubliez pas que vous avez plus de facilité à freiner qu’eux, alors soyez courtois et cédez-leur le passage ;)

Certaines voies uniques sont partagées avec les randonneurs à raquette. Eux, on les aime beaucoup parce qu’ils aident à taper la neige.

Cependant, les marcheurs sans raquette créent des dommages difficiles à corriger. Proposez-leur une meilleure expérience. Ils ne le savent peut-être pas, mais la marche hivernale est possible sur Le P’tit Train du Nord et dans certains sentiers au Domaine Saint-Bernard. Il n’est pas permis de marcher sur la multifonctionnelle, mais il y a maintenant un beau sentier sur le golf Le Géant qui part de la station.

QUAND LES CONDITIONS SONT-ELLES À LEURS MEILLEURS?

Tout d’abord, plus la neige est dure, mieux c’est. S’il fait froid, c’est bon. Petit bémol, une neige sèche, ça ramollit la surface et rend la traction plus difficile. La neige humide durcit plus vite lorsqu’il fait froid. S’il fait chaud, cependant, la neige se transforme en gros sel mou et là encore, la traction représente tout un défi. Dans ces situations, évitez les pentes abruptes où la traction est nécessaire pour réussir l’ascension.

Suivant une bordée, les sentiers bidirectionnels offrent plus rapidement de bonnes conditions parce que la machinerie utilisée est plus lourde que sur les autres pistes.

Le damage est habituellement effectué en soirée. Ce qui explique notamment pourquoi les sentiers sont fermés. Notez que si vous roulez trop tôt après que la dameuse soit passée, vous ne laisserez pas à la surface le temps de durcir.

D’OÙ PARTIR?

Les sentiers à voie unique sont rapidement accessibles du Village, de la station ou du bureau d’accueil touristique situé à l’intersection de la montée Ryan et de la rue Labelle (les fameux 4 coins).

  • Du Village, prenez la rue Séguin. La Truite est à gauche, juste avant l’entrée du Circuit Mont-Tremblant.
  • De la station, empruntez la multifonctionnelle avant de rejoindre à droite la Chouette Sud ou à gauche, la Pékan qui mènera à la Lynx.
  • Des 4 coins, on retrouve des options du côté est et ouest de la montée Ryan afin d’éviter la Villa Bellevue (double voie).

Des sentiers bidirectionnels sont disponibles du Village, de la station, des 4 coins, du centre-ville et même du golf La Belle et du golf Le Maître.

Soulignons qu’il n’est pas nécessaire d’aimer le vélo de montagne pour apprécier les sentiers à voie unique. Grâce à ses pneus surdimensionnés, le fatbike offre une meilleure stabilité. Et rappelez-vous que les roches et les racines sont couvertes par la neige.

QUE RETROUVE-T-ON SUR LE RÉSEAU?

 

Les pentes abruptes :

  • Cachée, dans les deux sens
  • Grand Pic, en partant du pont Jackrabbit
  • Les Pins Ouest, au départ de la Diable
  • Chouette Sud, du côté Belvédère
  • Belvédère, de la multifonctionnelle

Les bords de rivière :

  • Diable, Lynx, Sciotte

Le plus beau point de vue :

  • Chouette Sud

Les incontournables pour essayer les voies uniques :

  • Labyrinthe et Les Pins Est sont les plus plats.
  • La Lynx longe la multifonctionnelle donc on peut y retourner facilement si on préfère.

Assurez-vous que quelqu’un connaisse votre itinéraire, surtout l’hiver. Le froid empêche certains téléphones de fonctionner. Apportez aussi une bouteille d’eau chaude pour vous assurer qu’elle ne gèle pas.

LE CONSEIL DU CHEF « DAMAGE », PHILIPPE POIRIER – CYBERCYCLE

La traction est la clé du succès dans les montées. Si vous poussez subitement et trop fort sur vos pédales ou si vous vous levez, vous diminuerez le poids sur vos pneus et n’adhèrerez pas à la neige. Restez assis, baissez votre centre de gravité et restez centré pour une pression égale sur vos deux pneus. Moulinez lentement mais surement.

Faites aussi attention à votre freinage. Évitez de bloquer les roues pour un meilleur contrôle, et en prime, ça abime moins les pistes.

Paru dans le Tremblant Express, janvier 2018.

Comme les conditions varient beaucoup en hiver, voici quelques conseils pour ajuster la pression dans vos pneus de fatbike en fonction de la température, du poids et de la neige. Bien ajuster sa pression peut aider à mieux pédaler et à préserver l’état des sentiers!
Pour commencer, voici un tableau qui donne la différence de pression entre un pneu gonflé à l’intérieur et ce que ça donne comme pression une fois à l’extérieur. Il faut en tenir compte puisque le froid fait baisser la pression dans vos pneus!
Il y a aussi cette information tirée du livre Guide du fatbike de Gilles Morneau (Vélo Québec) qui donne un bon truc pour calculer la pression des pneus de fatbike selon le poids du cycliste.
Finalement, ce guide tiré de IMBA (Instructor Mountain Bike Association) explique comment savoir si le fait de rouler sur un sentier l’endommage par rapport à la profondeur de la trace qui est laissée dans la neige.
Bonne lecture!